Le jardin de Fontgiève, un paradis vert au cœur de la ville

En contrebas des tours de la résidence Galaxie, le jardin de Fontgiève se veut un espace de partage et d’expérimentation pour les jardiniers du quartier.


Cliquez sur les intitulés sur fond noir ci-dessous pour en dérouler le contenu.

La structure : Le Jardin de Fontgiève

Association et jardin partagé dans le quartier de Fontgiève à Clermont-Ferrand


L’association regroupe un collectif d’une « grosse » vingtaine d’adhérents. Chaque membre bénévole participe et contribue à la gestion et à l’entretien du jardin partagé d’environ 400 m2, tout de même!

Le lieu, mis à disposition par la mairie de Clermont-Ferrand, permet à la fois de contribuer à produire des légumes, fruits et aromatiques pour les membres mais aussi de contribuer à la végétalisation de la ville.

L’espace se veut collaboratif dans l’idée de partager ensemble des connaissances ou simplement d’apprendre les principes de l’agroécologie pour cultiver avec ce que la nature nous offre.

L’association est ouverte à tous et tient des permanences les mercredis et vendredis matins au jardin. Toutes les bonnes volontés et les curieux peuvent venir donner un coup de main, échanger et devenir membre si affinité il y a avec le lieu et l’esprit du jardin.

Voir la page Facebook du Jardin de Fontgiève

En arrivant sur place depuis la rue Fontgiève, on décèle un petit paradis vert aux abords de la résidence Galaxie, je crois qu'on y est! A l'entrée, les tours surplombent le jardin. Au milieu d'un environnement urbain, le lieu est un repère pour s'évader. La banderole qui indique l'entrée du jardin a été réalisée par Michèle, membre de l'association "Le Jardin de Fontgiève" qui gère les lieux. ITV préparation Après les pluies des dernières semaines, le jardin est luxuriant et les différentes plantes dévoilent les couleurs de leurs fleurs. La petite mare donne de la fraîcheur au lieu en été. Riche en biodiversité, elle permet aussi d'abreuver les espèces qui vivent autour du jardin comme les abeilles ou les oiseaux. Des petits espaces de détente sont installés autour du jardin, permettant aux bénévoles et aux curieux d'échanger ou simplement de se reposer après avoir biné les carottes. En arrière-plan, cette drôle de construction est le lieu de résidence des insectes du jardin comme les bourdons, coccinelles, syrphes, perce-oreilles, très utiles pour se débarrasser des ravageurs ... ITV pratiques culturales Les allées du jardin sont bien délimitées. Les petites barrières de couleurs permettent d'identifier les familles de plantes selon les espaces de culture. Ici, on retrouve le bleu pour les solanacées comme la tomate, le piment, l'aubergine mais aussi certaines plantes ornementales. Au fond, les pommes de terre sont dans la zone rouge. Des cultures intermédiaires associant avoine-vesce ou seigle-pois sont utilisées pour nourrir le sol en vue des prochaines récoltes d'été. Il est temps de les couper pour qu'elles servent d'engrais vert. Quentin, qui nous fait visiter le Jardin partagé, est dans les choux ... Ah non les patates. Un paillage est mis au sol pour garder la fraîcheur et l'humidité dans le sol. Il permet également de réduire le développement des adventices (autrement dit, des mauvaises herbes). La boîte à livres, petite paillotte à l'entrée du jardin, montre que l'espace se veut également ludique et pédagogique. Chacun est libre de prendre et mettre des ouvrages pour en faire profiter tout le monde. Un bâtiment qui sert de salle de réunion pour l'association s'élève au fond du jardin. Il sert aussi de lieu de stockage des outils et des semis. Les plannings de plantation sont également affichés pour que tout le monde s'y retrouve. Les eaux de pluies sont collectées par deux tanks installés derrière le bâtiment de stockage. L'eau ainsi récoltée permet d'arroser les plantes ornementales, les cultures et les arbres fruitiers. ITV rejoindre Les fèves sont pratiquement prêtes pour être récoltées. Les plants serviront d'engrais verts pour préparer le sol aux prochaines cultures. Les légumineuses représentent un intérêt écologique important en fertilisant naturellement le sol en azote. Un petit tour d'arrosage pour Quentin. A tour de rôle, et selon leur disponibilité, les bénévoles prennent soin de ce petit écrin de verdure au cœur de la ville. Inspection du pêcher, qui faiblit un peu, par Geneviève, bénévole de l'association. Des coccinelles, en plein ébat, sur le dessus d'un artichaut. Si elles se sentent bien ici, c'est aussi parce qu'elles mangent les pucerons qui pullulent sur les tiges.

De préférence, utilisez un écran le plus large possible en mode paysage pour parcourir le diaporama.
Cliquez à tout moment sur l’icône de fermeture en haut à droite pour sortir.


Reportage réalisé le 26 mai 2021 / tous crédits photo Bastien Durand – Merci à Quentin Dabouis pour l’accueil et la visite du jardin et de ses recoins.