Inauguration de la Goguette durant le week-end du 29-30 août 2020 / Crédit photo : la Goguette (DR)

La Goguette : un nouveau tiers-lieu éco-responsable à Clermont

28-30 août 2020 / Après plusieurs mois de travaux, la Goguette a ouvert ses portes dans le quartier de la gare SNCF. Retour sur l’ambition du projet.

Nouvelle rubrique ! Avec ce petit post, je vous proposerai un suivi des actus, progressivement étoffées, sur la question de la transition dans notre territoire.

Les tiers-lieux vous proposent, un peu partout sur le territoire (grandes ou petites villes, campagnes …) des espaces partagés, collaboratifs, dédiés aux besoins des habitants et des acteurs locaux. On y trouve ainsi du coworking pour travailler, des FabLabs pour créer et concevoir, des Repair Cafe pour apprendre à donner une seconde vie à vos objets du quotidien, des animations variées (conférences, formations …), etc.

Le petit dernier est donc la Goguette, sis au 61 avenue de l’Union Soviétique à Clermont, près de la gare SNCF. Si le lieu revendique une approche éclectique avec aussi bien de la sophrologie, de la réparation de vélo qu’une scène artistique, une cantine et des formations, il se résume en un « lieu de vie et d’éducation populaire » mettant en avant l’éco-responsabilité.

Ludique et non moralisateur

« On ne s’attendait pas à autant d’effervescence » note Laura Bossé, co-fondatrice du lieu (avec Jonathan Biancolin). Laura et Jonathan se sont installés à Clermont pour monter ce projet qu’ils qualifient de « projet de vie » : « on est transparents avec ce qu’on est, et c’est ce que les gens apprécient » poursuit Laura. « on accueille les visiteurs comme chez nous, on est présent à l’atelier, au bar, en préparation de la scène … »

Atelier « de la ruche au miel » pendant l’inauguration de la Goguette, le 29 août 2020 / Crédit photo : La Goguette (DR)

Cette approche très grand public a séduit de nombreuses personnes de tous bords et de tous âges. Les ateliers et animations du week-end ont à la fois permis aux participants de comprendre le concept du lieu et d’expérimenter des pratiques parfois nouvelles pour eux, comme le mélange du travail du bois et du numérique ou l’apiculture.

« On essaye de se poser toujours la question du clivage par rapport aux publics populaires » me précisait Laura en juin dernier. La Goguette, qui se revendique éco-responsable, est tout autant « non moralisateur : on vise le ludique et la pédagogie grand public »

Agir sur le quartier de la gare SNCF

Même son de cloche des deux fondateurs sur le modèle de fonctionnement : « ce modèle nous correspond », dans le cadre d’une « démarche indépendante des collectivités » insiste Laura. En effet, à part une aide ponctuelle de la Région, la Goguette a dû se lancer avec ses propres moyens, et ceux de la communauté (en crowdfunding)

Résultat : un pari double avec un volet commercial et social/culturel. Selon Laura, « une asso de quartier est une interface pour faire passer des messages« . Ce quartier, c’est celui de la gare SNCF, un « périmètre intéressant » qui favorise les liens d’hyper-proximité, avec les habitants comme les autres acteurs de l’éco-responsabilité – Max et Lucie, le café Flax

Inauguration de la Goguette durant le week-end du 29-30 août 2020 / Crédit photo : la Goguette (DR)

Pour moi, Laura a bien résumé l’ambition de la Goguette : « sensibiliser le public à des pratiques pour penser le monde de demain ». C’est parti depuis cet été, avec un lieu, une programmation et une vraie approche écologique et sociale.

Damien

Pour en savoir plus : le site de la Goguette

Merci à Laura pour les photos d’illustration